AccueilContactRechercherLoginPlan du siteUrgences
bandeau
Actualités/Généralités 
Actualités
Situation et accès
Informations
Contacts
Liens internet
Hôpital de Dunkerque en photos
Actualités/Généralités > Informations

L'histoire du Centre Hospitalier de Dunkerque




 Les grandes dates du Centre Hospitalier


On retiendra quelques dates dans l’histoire du Centre Hospitalier depuis le XIVème siècle jusqu'à nos jours :

1331 : Édification de l’Hôpital Saint Jean à Dunkerque,
1452 : Suite à sa destruction lors d’un incendie, remplacement par l’Hôpital Saint Julien,
1737 : Création de l’Hôpital de la Charité pour recevoir malades, enfants abandonnés, vagabonds, mendiants, filles de mauvaise vie…,
1798 : Création de l’Hôpital Hospice pour répondre aux vœux de la population, réservant cet établissement aux malades, aux vieillards, aux incurables,
1891 : Inauguration de l'hospice, avenue de Rosendaël,
1909 : Ouverture de l’Hôpital situé en face de l’Hospice (Avenue de Rosendaël),
18 octobre 1976 : Inauguration de l'Hôpital actuel (585 lits),
16 mars 1980 : Transfert de l’ancienne maternité édifiée en 1928, rue du Pont Neuf à proximité de l’ancien hôpital, dans le bâtiment « Les Bazennes » à Saint-Pol-sur-Mer, Installation du Centre de Planification Familiale dans les locaux ainsi libérés.
De 1988 à 1997 : Transformation progressive de l’hospice en maison de retraite « Les Charmilles »,
2002 : Début des travaux d’agrandissement de l’hôpital (Chantier du Service d'Accueil des Urgences).
19 mai 2003 : Inauguration du nouveau Service d'Accueil des Urgences (mise en service le 21 mai 2003).




 L’hôpital Saint Julien et l’hôpital général de la Charité



L'hôpital Général de la Charité vers 1895.

A la fin du XVIIème siècle, les magistrats de  Dunkerque souhaitent réformer l’assistance aux pauvres et décident la création d’un nouvel hôpital. Le nouvel hôpital Saint Julien est créé par les Maîtres de la Table des Pauvres en 1693 dans des maisons situées sur la parcelle de terrain aujourd’hui délimitée par les rue Royer, rue du Président Poincaré (autrefois rue des Vieux Quartiers), rue du Château et rue Jean Bart.
 
A l’origine, il n’accueillait que les enfants pauvres. En 1702-1703 on y construit une maison de correction, dite Rasphuys, destinée à accueillir les femmes de mauvaise vie. L’hôpital pour enfants devient un hôpital général en 1733 pour recevoir les malades, les pauvres et les « enfermés » des deux sexes. En 1737 l’hôpital Saint Julien est érigé en hôpital général : les lettres patentes délivrées par le roi Louis XV le 22 juillet 1737 consacrent le nouvel hôpital général de la Charité.
 
L’hôpital occupe un terrain de près de 4000 m2. Les bâtiments, dont les fenêtres sont grillagées ou munies de barreaux de fer entourent une cour centrale. A l’intérieur de l’hôpital existent deux ouvroirs pour le travail du coton et de la toile de lin, ainsi que des corderies (où l’on fabrique des cordes et des filets de pêche) pour faire travailler les pensionnaires. Des nouveaux bâtiments sont ajoutés, d’autres sont démolis puis reconstruits tout au long de la période 1702-1840, jusqu’à la construction du nouvel hospice puis de l’hôpital sur la commune de Rosendaël. La démolition des bâtiments de l’ancien hôpital de la Charité est générale en 1909-1910.
 
L’hôpital général de la Charité est régi par douze administrateurs perpétuels. L’ordre y est assuré par l’existence de carcans et de prisons. Les administrateurs peuvent requérir les archers pour aller arrêter les pauvres trouvés en train de mendier et les faire enfermer dans les prisons de l’hôpital.
 
Les ressources de l’hôpital comprennent les aumônes, les dons et legs et le produit des amendes des juridictions de la ville. Il s’y ajoute le produit des manufactures (toiles et corderie) et le salaire des garçons employés comme mousses dans la marine qui est versé directement à l’hôpital.
 
En 1764, l’hôpital proprement dit compte 510 lits et son personnel comprend 10 directrices, 6 maîtres, 1 couturière en habits, 1 infirmière pour les hommes et 1 portier. Pour le service des pauvres, on dénombre 10 directrices, 1 apothicaire, 1 maître tailleur, 1 maître charpentier, 1 maître d’école, 1 infirmier, 1 couturier en habit et 1 portier. A ces personnels s’ajoutent des employés externes : 1 aumônier, 4 médecins, 1 chirurgien et 3 archers.



 L’hôpital moderne


La décision de construire un hospice réservé aux vieillards des deux sexes est prise par le Conseil Municipal de Dunkerque en 1866. La construction est prévue sur un terrain de cinq hectares situé sur la commune de Rosendaël. La pose de la première  pierre a lieu le 18 novembre 1887. Le nouvel hospice est inauguré le 27 juillet 1891.
 
La nécessité de disposer d’un bâtiment plus grand et mieux adapté aux exigences d’hygiène et de salubrité pour soigner les malades conduit à envisager la construction d’un nouvel hôpital. La décision est prise en 1898. L’inauguration a lieu le 1er septembre 1909.


Cliquez pour agrandir

Plan de l'hopital

Le nouvel hôpital est construit sur un terrain de 20.000 m2 situé au bord de la route nationale (aujourd’hui avenue de Rosendaël), en face de l’hospice. C’est un hôpital de type pavillonnaire. Outre le pavillon de l’administration, il comprend des pavillons séparés pour les hommes et pour les femmes. Les pavillons des femmes sont à droite, et accueillent les blessées et les tuberculeuses. Au centre se trouve le pavillon des opérations chirurgicales. Un pavillon isolé accueille les maladies contagieuses et les varioleux.
 
Une nouvelle maternité est construite rue du Pont-Neuf. Elle est inaugurée le  25 novembre 1928 et porte le nom de Victor Rose.
Dans les années 50-60, l’établissement des « Hospices civils de Dunkerque » ne compte qu’un médecin à temps plein. Le directeur est le seul cadre de direction : un poste de sous-directeur est créé en 1960.
La Maternité enregistre 1314 accouchements en 1959 pour un effectif de 4 sages-femmes, une religieuse infirmière, 2 aides-soignantes et 15 servantes.
L’Hôpital-hospice de Dunkerque s’inscrit encore dans la ruralité. Le compte de gestion de l’Econome comporte en 1959 une « Section agricole » qui retrace l’existence d’un cheval, et l’achat de 148 porcs, 161 volailles, 66.723 kg de légumes et 82.446 kg de nourriture pour les animaux. L’hôpital possède de nombreuses propriétés, dont une ferme de 9 hectares à Téteghem, qui est louées pour la valeur de 36 quintaux de blé.
 



 L'hôpital actuel


Il a été inauguré le 18 octobre 1976. 

 Les présidents de la République en visite à l’hôpital de Dunkerque



Trois Présidents de la République ont honoré l’hôpital de leur visite :
- le président Félix FAURE, le 18 août 1897
- le président Gaston DOUMERGUE, le 4 avril 1927
- le président Nicolas SARKOZY, le 22 mai 2007

 Pour les photographies portant la mention © Service photographique de la Présidence de la République, contactez le Service Photographique de la Présidence de la République - 55 rue du Faubourg Saint-honoré - 75008 Paris




Actualités/Généralités - Usagers - Services en ligne - Maison des Personnes Agées - I.F.S.I. - Associations et Bénévolat - Personnel/Emplois - Fournisseurs - Numéros d'urgence -
© CH Dunkerque - La santé des Dunkerquois
Mentions légales